L’AIIC – une association professionnelle ouverte et représentative

En tant que professionnels, nous estimons qu’il est dans notre intérêt de nous regrouper, et qu’une association mondiale réunissant interprètes fonctionnaires et free-lance mérite qu’on y réfléchisse vraiment. Nous aimerions vous dire pourquoi...

L’AIIC – qui sommes-nous ?

L’ Association Internationale des Interprètes de Conférence – désignée habituellement par son sigle français, l’AIIC, a été créée en 1953. A cette époque, l’interprétation de conférence en était encore à ses balbutiements. Aujourd’hui l’association compte plus de 2900 membres dans plus de 100 pays et dispose d’un secrétariat permanent à Genève. En faisant leur demande d’adhésion, les candidats s’engagent à respecter le code de déontologie et les normes professionnelles de l’AIIC. Ces textes sont les résultats les plus patents de notre effort, qui visent à promouvoir le professionnalisme et la qualité.

Notre profession est par définition internationale. Nous l’exerçons également à l’échelle internationale: c’est pourquoi il semble logique de s’organiser directement au plan international, plutôt qu’en fédération d’entités nationales. Une conférence n’est pas organisée dans un endroit donné parce qu’on y trouve des interprètes: on peut donc dire que c’est l’offre qui suit la demande, et non l’inverse. L’AIIC dispose d’une présence mondiale. Ses membres sont organisés en régions, en fonction de leur domicile professionnel. Mais lorsqu’ils changent de domicile professionnel ou de pays, les membres de l’AIIC « emmènent » avec eux leur qualité de membre.

L’AIIC est également organisée sur un mode fonctionnel, par secteurs. Le secteur conventionné regroupe tous les interprètes travaillant pour les grandes organisations internationales avec lesquelles nous avons conclu des accords collectifs depuis de très nombreuses années. Quant au secteur du marché privé il représente tous les interprètes free-lance et interprètes-conseil, dont les clients sont très variés. Enfin, notre commission des interprètes permanents concerne tous les membres fonctionnaires d’organisations nationales ou internationales.

Les principes et les normes de l’AIIC

L’AIIC estime qu’une interprétation de qualité ne dépend pas uniquement des aptitudes et des compétences de l’interprète. Les conditions de travail, l’atmosphère de collégialité, dans une profession où l’on est rarement appelé à travailler seul, la qualité de l’équipement d’interprétation simultanée de conférence dans un domaine où la technologie est vitale, sont eux aussi des facteurs essentiels qui interviennent. Cela devient d’autant plus évident quand l’on a une vision à long terme : en effet, qui parmi nous ne souhaite avoir une carrière longue et bien remplie?

Nous le disions plus haut, le code de déontologie et les normes professionnelles de l’AIIC s’inscrivent parfaitement dans cette optique qui est la nôtre : que notre carrière d’interprète de conférence soit caractérisée par sa longévité, son succès et la qualité de notre travail. Les accords conclus avec les grandes organisations internationales – qui s’appliquent à tous les interprètes, pas seulement aux membres de l’AIIC – reprennent ces principes universels, et contiennent également des éléments spécifiques à chaque organisation.

L’AIIC a constitué des groupes et réalise des projets dont l’objectif est de mieux comprendre les processus en jeu dans notre activité professionnelle, sur la base des acquis existants. Citons par exemple :

De nombreux membres de l’AIIC sont également interprètes-conseil: ils constituent des équipes d’interprètes pour des clients très divers. Une telle activité nécessite de la part de ceux qui la pratiquent des qualités variées : de l’expérience, une bonne dose de bon sens, un talent de communicateur et un certain sens commercial. A ne pas oublier : une connaissance solide des aspects juridiques et techniques. L’AIIC tente de les aider par les informations qu’elle leur fournit.

Pourquoi il est important d’être membre de l’AIIC

En l’absence de toute reconnaissance formelle de notre profession, l’AIIC est devenue la référence lorsqu’il s’agit de définir des normes techniques et des conditions de travail propices à garantir la qualité de l’interprétation et à protéger la santé des interprètes. Elle est également la référence lorsqu’il s’agit d’énoncer les éléments nécessaires à une formation solide pour les futures générations d’interprètes. Notre objectif est donc à la fois d’assurer le meilleur service possible à ceux qui font appel à nous, et de mettre en place des garde-fous dans la pratique de notre profession, qui contribueront à permettre aux interprètes professionnels de mener une carrière longue et fructueuse.

Nous nous sommes tous trouvés un jour dans une situation difficile. S’il est vrai que nous souhaitons tous avoir la plus grande quantité de travail possible, accepter de transiger sur la qualité de nos conditions de travail est un mauvais calcul à long terme. Faute de connaître les écueils et de savoir comment les éviter, on risque d’avoir de mauvaises surprises. Quelques exemples :

  • Vous vous trouvez seul(e) en cabine (sans relève et sans aide) ;
  • On vous demande d’interpréter à partir de langues, ou vers des langues, qui ne font pas partie de votre combinaison linguistique;
  • Les cabines ne sont pas convenablement insonorisées, si cabines il y a;
  • La cabine a été installée face au mur et il n’y a qu’un seul écran de télévision pour cinq cabines;
  • Il n’y a pas de technicien sur place pour intervenir et maintenir une qualité de son convenable.

    Malheureusement cette liste n’est pas exhaustive. A moins d’être informé et avisé, l’interprète risque de se trouver dans des situations difficiles. Ce qui nous ramène à l’AIIC : nous élaborons des normes et des lignes directrices appropriées pour éviter de telles mésaventures. Nous diffusons également des informations sur les meilleures pratiques à tous les acteurs du secteur linguistique et de l’industrie des conférences.

    Comment devenir membre

    Point n’est besoin de creuser seul votre sillon : devenir membre, c’est aussi témoigner de votre engagement vis-à-vis de cette profession qui est la vôtre. Où que vous viviez, il y a des interprètes AIIC à proximité. Bien souvent, les membres de l’AIIC entretiennent depuis longtemps des relations avec des associations nationales et des syndicats. Beaucoup d’entre vous connaissent d’ailleurs déjà des membres de l’AIIC.

    L’adhésion à l’AIIC se fait par « évaluation collégiale », avec un système de parrainage. Vous trouverez en ligne des informations sur les conditions d’admission et vous pourrez également y trouver le formulaire de candidature. N’hésitez pas non plus à consulter le le guide du candidat “Applying to AIIC: a Primer” où vous trouverez des exemples et des conseils pratiques.

    Lecture associée:

    N’hésitez pas à nous contacter. Nous attendons avec intérêt vos questions ou observations.


Recommended citation format:
AIIC. "L’AIIC – une association professionnelle ouverte et représentative". aiic.net January 25, 2005. Accessed September 20, 2017. <http://aiic.net/p/2530>.


Message board

Comments 1

The most recent comments are on top

Andre Shikongo

   

I live in namibia, I have registered a business. we want to have a group of freelance & consultant interpreters.. still getting it off the ground though. how will being a member of AIIC benefit me or any advice you have for me?

Total likes: 0 0 | 0