Lettre du Président – l’AIIC et le multilinguisme

Aucune notion n'est plus à la mode que celle du multilinguisme. Au début du nouveau millénaire, l'AIIC a lancé un projet Nouveau multilinguisme, qui a donné naissance par la suite à notre réseau Teranga ; nous savons tous que l'Union européenne a un commissaire au multilinguisme ; enfin, l'année 2008 a été proclamée Année internationale des langues par l'ONU. Le moment est donc bien choisi pour faire le point sur cette notion séduisante, mais peut-être ambiguë.

Lorsque le projet Nouveau multilinguisme a été lancé, il s'agissait pour l'AIIC de prendre l'initiative face à l'élargissement de l'Union européenne et à l'apparition sur la scène internationale de « nouvelles » langues utilisées en situation de conférence. Cette évolution appelait notre réaction au niveau de l'utilisation des langues A, B et C, au niveau du recours au relais ainsi qu'au niveau des conditions techniques. Ce dernier point, notamment, a abouti à un accord régissant les conditions d'utilisation de la télé-interprétation dans l'Union européenne, qui vient d'être conclu et va pouvoir servir de base à la révision de nos textes et inspirer l'ensemble des autres secteurs de notre Association qui font déjà face à des demandes de télé-interprétation.

Quant à l'interprétation de et vers des langues peu fréquentes jusque là dans les conférences internationales, elle a été encadrée par l'AIIC dans le cadre du projet Teranga, par lequel des régions existantes de l'AIIC ont parrainé et soutenu les interprètes professionnels implantés dans des pays où notre Association n'était pas encore représentée et dont les langues n'étaient pas encore largement pratiquées par nos membres.

L'Union européenne, quant à elle, possède un Commissaire au multilinguisme. Celui-ci est chargé de promouvoir l'enseignement des langues, la recherche linguistique et la communication multilingue de la part de l'Union en vue de favoriser la diversité linguistique, la maîtrise de plusieurs langues et la mobilité des travailleurs.

Nous autres interprètes de conférence défendons les principes d'ouverture sur le monde et de tolérance que la connaissance de plusieurs langues favorise chez l'individu (voir notre déclaration sur la diversité linguistique). Nous ne pouvons donc que nous réjouir de l'importance accordée par l'UE à un tel sujet. Prenons cependant garde à ce que derrière ces objectifs louables, la promotion du multilinguisme ne cache pas d'autres buts indirects : en encourageant la connaissance de plusieurs langues, favoriser les échanges et les contacts ne recourant pas aux services d'intermédiaires linguistiques. Sur ce plan, bien entendu, l'AIIC ne saurait souscrire à une telle approche, car nous savons mieux que personne combien une communication approximative est nuisible à la communication tout court, c'est-à-dire à la compréhension véritable du message des locuteurs.

De son côté, l'Organisation des Nations Unies vient de proclamer 2008 Année internationale des langues. Cette initiative se doit d'être saluée par l'AIIC, car elle vise précisément à renforcer non seulement la diversité linguistique en général, mais aussi l'utilisation (et donc également la traduction et l'interprétation) de toutes les langues officielles des Nations Unies. L'ONU n'ayant pas à gérer un élargissement (notamment linguistique) similaire à celui de l'UE, il lui est possible de renforcer, par le biais de l'Année internationale des langues, les moyens et conditions de travail des services linguistiques pour optimiser la qualité de leurs prestations. Sur un plan plus abstrait, l'ambassadeur de France auprès des Nations Unies Jean-Marc de la Sablière a même pu déclarer : « Le multilinguisme est l'équivalent linguistique, culturel, voire civilisationnel du multilatéralisme. »

Je nous souhaite donc d'aborder tous ensemble cette Année 2008 des langues avec la conscience que nous avons un rôle spécifique à défendre: faciliter la communication dans le respect des divers idiomes et des diverses cultures. Nous consacrons à cette tâche toute notre qualité et tout notre professionnalisme,  parce que nous offrons une plus-value que l'utilisation d'une lingua franca plus ou moins bien maîtrisée ne saurait jamais apporter. Ainsi, le sens que nous donnons au « multilinguisme » est : laissons chaque individu s'exprimer spontanément et naturellement dans sa propre langue, dont il possède toutes les nuances, car nous sommes précisément là pour capter son message et le restituer dans tous ses détails - c'est en cela que consiste notre profession.

Bonne et heureuse année à chacune et à chacun !

Dans ce numéro

Chaque année, l'AIIC invite ses membres à participer à une enquête confidentielle sur l'Extranet. Jacquy Neff, qui a étudié les données de ces deux dernières années, nous envoie ce portrait statistique de l'AIIC : 2005-06.

Dans les derniers numéros, Wadi Keiser évoquait le souvenir de Vienne et de Wroclaw. Cette fois, il a décidé de nous faire partager quelques réminiscences de l'interprétation de conférence pour les syndicats internationaux au lendemain de la Deuxième guerre mondiale.

Les membres de l'AIIC travaillent dans d'innombrables organisations nationales et internationales, et les membres du Comité des permanents échangent des informations sur les évolutions et les tendances observées chez leurs employeurs respectifs. Une fois encore, ils nous proposent, comme chaque année, un tour d'horizon des organisations.

La scène littéraire semble ne jamais tarir d'interprètes, qu'ils soient auteurs ou héros de livres. The Interpreter de Suzanne Glass est-il plus convaincant que d'autres? Pour le savoir, consultez la critique de Ken Colgan.

Phil Smith s'est récemment lancé dans un grand nettoyage de printemps qui a ouvert la boîte aux vieux souvenirs. Cela nous vaut une nouvelle contribution Off Mic : Little Triggers.

Les membres de l'AIIC ont été invités à discuter du secret professionnel à l'Assemblée de janvier 2009. Pour contribuer dès à présent à cet examen, Language in the news visite divers sites web qui parlent d'éthique et d'interprétation.

Cette année, nous ne publierons que quatre numéros de Communicate! Les articles destinés à notre numéro de l'été doivent nous parvenir avant le 7 mai 2008.



Recommended citation format:
Benoît KREMER. "Lettre du Président – l’AIIC et le multilinguisme". aiic.net March 4, 2008. Accessed June 20, 2019. <http://aiic.net/p/2892>.



There are no comments to display