Aide-mémoire portant sur l'utilisation des enregistrements d'une interprétation de conférence simultanée ou consecutive

1. Le présent aide-mémoire rédigé par l'Association internationale des interprètes de conférence et fondé sur les dispositions des conventions internationales de droit d'auteur administrées par l'OMPI et l'UNESCO contient des informations pratiques sur les conditions d'utilisation des enregistrements de l'interprétation de conférence.

Mise en garde

2. L'interprétation de conférence est un exercice intellectuel oral qu'il ne faut pas confondre avec la rédaction d'un texte écrit. La prétention de l'utiliser directement dans un document imprimé, sans un travail d'édition préalable, ne peut qu'aboutir à des résultats aléatoires. Dans aucun idiome, la langue orale n'est superposable à la langue écrite. Il est donc recommandé de confier à des procès-verbalistes ou des traducteurs professionnels le travail d'édition.

3. Il existe par ailleurs une profession voisine, celle de sténotypiste, dont la vocation est précisément d'établir les procès-verbaux in extenso.

Introduction

4. La protection des oeuvres de l'esprit et leur mode d'utilisation par les tiers sont régis par les législations nationales et par les accords bilatéraux ou les conventions internationales, notamment la Convention universelle sur le droit d'auteur et la Convention de Berne pour la protection des oeuvres littéraires et artistiques.

5. La prestation des interprètes de conférence est protégée par le droit international. La Convention de Berne prévoit la protection des intérêts des auteurs; les traductions sont protégées comme des oeuvres originales et les traducteurs sont protégés comme des auteurs. En cas de fixation sur un support de quelque nature que ce soit et sous quelque forme que ce soit (imprimé, enregistrement sonore et/ou audiovisuel tel que disque, bande magnétique, vidéogramme, diapositive, film, fil, câble, transparences, photocopie, microcarte et autre procédé analogue, etc.), la prestation de l'interprète de conférence devient une traduction au sens de la Convention de Berne, et son auteur bénéficie des droits exclusifs prévus dans cette convention.

6. Les règles du droit d'auteur sont destinées à protéger les droits légitimes de l'auteur. Ainsi, nul ne peut publier l'oeuvre d'un auteur ni l'utiliser de toute autre manière sans une autorisation préalable : le droit exclusif d'accorder cette autorisation appartient à l'auteur lui-même, c'est-à-dire à l'interprète.

Enfin, la protection des intérêts moraux et matériels des auteurs sur leurs oeuvres est un principe reconnu de la Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948.

La convention de transfert de droits

7. La convention de transfert de droits comprend deux phases: celle de la conclusion du contrat et celle de l'exécution de celui-ci.

A. La conclusion du contrat

8. Le transfert des droits d'auteur doit s'effectuer par écrit. L'organisateur, le responsable de la conférence ou tout tiers qui souhaite enregistrer l'interprétation pendant une réunion doit donc formuler sa demande dès les premiers contacts avec les interprètes pressentis pour ce travail. AUCUN INTERPRETE NE POURRA ETRE ENREGISTRE A SON INSU OU CONTRE SON GRE. L'autorisation de tiers peut être requise, notamment celle de l'organisateur de la conférence (dans la mesure où il n'est pas lui-même l'utilisateur de l'enregistrement) et celle des orateurs. Cette autorisation est nécessaire afin de protéger l'interprète de conférence contre toute action de la part de tiers.

9. Le contrat en vue de l'utilisation de l'enregistrement d'une interprétation de conférence sera rédigé en termes aussi précis, rigoureux et minutieux que possible. Il indiquera notamment le type d'utilisation prévue (non commerciale ou commerciale) et le moyen technique utilisé pour la diffusion de l'oeuvre (impression, cassettes, video-cassettes, radio, télévision, etc.). Toute utilisation non prévue dans le contrat reste réservée à l'auteur.

10. Il y a lieu d'établir un contrat individuel pour chaque interprète impliqué dans la cession des droits, c'est-à-dire pour tous les interprètes travaillant dans la ou les langues faisant l'objet d'un enregistrement, y compris pour les interprètes leur servant de "pivot". Chaque contrat sera revêtu de la signature des deux parties.

11. Le contrat doit aussi contenir des précisions au sujet de son champ d'application dans le temps et l'espace, le mode et le montant de la rémunération, le for et les détails techniques permettant de s'assurer de la qualité de l'enregistrement. Par ailleurs, il faut prévoir d'enregistrer la version originale et l'interprétation telle qu'elle parvient aux auditeurs dans leurs casques.

B. L'exécution du contrat

12. Outre que les conditions convenues lors de la conclusion du contrat doivent être scrupuleusement respectées et exécutées, d'autres obligations, bien que ne figurant pas explicitement dans le contrat, incombent au bénéficiaire du transfert de droits : l'utilisateur de l'oeuvre doit indiquer le nom de l'interprète, si celui-ci le souhaite, et éviter toute déformation ou autre modification de l'interprétation susceptible de porter préjudice à l'honneur ou à la réputation de son auteur. L'utilisateur garantit une rémunération à l'interprète, conformément aux termes du contrat. L'obligation d'information permet à l'interprète, dans l'hypothèse d'une rémunération proportionnelle, de contrôler le rapport entre la rémunération reçue et l'utilisation effective de l'oeuvre.

Réserves générales

13. L'organisateur, le responsable de la conférence ou tout tiers utilisateur doit veiller à faire afficher en salle et inscrire au programme qu'aucun enregistrement n'est autorisé dans la salle dans laquelle se tient la conférence, à l'exception des enregistrements dûment autorisés par voie de contrat écrit. A l'exclusion du cas particulier des conférences de presse, il doit aussi veiller à faire débrancher les magnétophones utilisés en salle par des participants qui souhaitent confectionner des enregistrements clandestins ou pirates.

En cas de vente de supports sonores et/ou audiovisuels (bande, cassette, vidéogramme, disque, diapositive, film, fil, câble, transparences, etc.) ou de textes pirates (photocopie, imprimé, microcarte, microfiche, print out, etc.) reproduisant sans autorisation une interprétation de conférence, c'est au signataire du contrat que les interprètes s'adresseront pour faire valoir leurs droits.

Rémunération

14. La rémunération est négociée librement entre l’organisateur de la conférence et les interprètes.

Modèle de contrat

15. Un modèle de contrat en vue de l'utilisation de l'enregistrement d'une interprétation de conférence figure en annexe au présent aide-mémoire. Il peut être obtenu ici. Il a pour objet de faciliter l'établissement de relations contractuelles claires entre l'organisateur, le responsable de la conférence ou tout tiers utilisateur et l'interprète.


copymf3.pl - 18.06.1991

corr02.06.98

Recommended citation format:
AIIC. "Aide-mémoire portant sur l'utilisation des enregistrements d'une interprétation de conférence simultanée ou consecutive". aiic.net December 1, 1999. Accessed January 18, 2018. <http://aiic.net/p/59>.


Message board

Comments 3

The most recent comments are on top

Maureen FRIEDMAN

   

There is no model contract attached!!!

Appréciation générale :: 1 1 | 0

Lorena ROSSI GORI

   

Where can I find a copy of the Model Contract that the article says is attached, but isn't?

Many thanks

Lorena Rossi Gori

Appréciation générale :: 1 1 | 0

Sarah BORDES-SCHOUN

   

Où puis-je trouver le modèle de contrat supposé figurer en annexe à l'aide-mémoire ? D'avance merci.

Appréciation générale :: 1 1 | 0