Naissance d’une profession : Présentation et plan de l’ouvrage du livre

Les soixante premières années de l’Association Internationale des Interprètes de Conférence (AIIC).

À gauche: Les interprètes sont dans ce qu’ils appelaient « l’aquarium » pendant le procès de Nuremberg. À droite: Une réunion du Parlement européen à Bruxelles - Les interprètes disposent dans leurs cabines de toutes les technologies modernes.
Photo credits: À gauche: National Archives, College Park, MD, USA. À droite: Direction générale de l’interprétation et des conférences, Parlement européen.

L’Histoire de l’AIIC ? Une Histoire de l’AIIC ? Des histoires de l’AIIC ? Quelle devrait être la nature de l’ouvrage ? À quel lectorat est-il destiné ? Ces questions, et bien d’autres ont d’emblée assailli le groupe de rédaction, et il a bien fallu adopter une stratégie.

En premier lieu, nous ne pouvions pas prétendre faire œuvre d’historiens, que nous ne sommes pas. Et puis, rendre compte de toutes les actions et toutes les péripéties qui ont émaillé la vie de l’association pendant soixante années occuperait des milliers de pages, que personne ne lirait.

Il nous a semblé cependant que, pour que l’ouvrage soit lisible, il fallait «raconter», ce qui comporte nécessairement une part de subjectivité. Mais en même temps, il fallait que ce soit un ouvrage de référence, avec des faits et des dates.

On trouvera donc dans une première partie, chronologique, le récit des grandes périodes, avec des textes signés de Constantin Andronikof, Wadi Keiser, Marie-France Skuncke, Irène Testot-Ferry, Gisela Siebourg et Monique Ducroux, le tout agrémenté de quelques biographies, la plupart rédigées par Anne-Marie Widlund-Fantini. Cette partie narrative est accompagnée d’un tableau donnant la liste des assemblées avec les principales décisions prises. Ce tableau, qui figure en annexe, est assorti de courtes notes explicatives, par ordre alphabétique.

Dans une deuxième partie, on trouvera des textes signés sur les principales thématiques abordées au cours des ans (secret professionnel, accords, déréglementation, etc.)

En revanche, on ne trouvera rien sur des affaires qui ont beaucoup agité telle ou telle région, comme le choix salarié/libéral (région France), le contentieux Aeschiman, etc. Ces questions, pour importantes qu’elles aient pu être pour les intéressés, n’ont pas à proprement parler influé sur l’évolution de l’AIIC dans son ensemble.

Le style de l’ouvrage ? On l’aura compris, il serait vain de rechercher une quelconque unité de style, qui d’ailleurs ne pourrait rendre compte de l’extraordinaire richesse et de l’extrême diversité des soixante premières années de notre profession. Cette remarque vaut également pour la mise en page : nous avons généralement laissé celle des longs textes signés en l’état, sans chercher à les harmoniser avec le reste de l’ouvrage.

Une dernière remarque: l’ouvrage est un assemblage de textes rédigés par des auteurs différents, à des époques différentes, souvent témoins directs ou acteurs des mêmes évènements. On trouvera donc un certain nombre de répétitions, et des informations et préoccupations dépassées. Il nous a semblé cependant qu’il n’y avait pas lieu de les supprimer, à la fois par respect pour les auteurs et pour l’intérêt que présentent la diversité des points de vue et l’évolution des problématiques dont l’AIIC s’est saisie au fil des ans. Nous nous sommes efforcés de dater les principales contributions.

Enfin, l’erreur est humaine, et malgré tous nos efforts, il serait étonnant que cet ouvrage n’en comporte point. Le cas échéant, on est prié d’en informer le secrétariat, qui transmettra.

Langues : le présent ouvrage est en français, avec quelques textes rédigés en anglais que nous avons laissés dans cette langue. Une version anglaise est prévue par la suite.

Illustrations: il existe, dans les archives de l’AIIC et ailleurs, de très nombreuses photos ; certaines remontent aux origines, d’autres, plus récentes, sont visibles sur Internet. Nous avons à dessein privilégié les premières, car elles sont généralement moins connues.

Pour les premières notices biographiques, nous avons choisi, dans la mesure du possible, des photos prises à l’époque où les intéressés étaient en fonction, bien que pour certaines la qualité technique laisse à désirer.

Le Groupe Histoire

Le Groupe de travail sur l’histoire de l’AIIC et de la profession (GTH) a été créé en 1997. Ses membres étaient Claude Namy, Wadi Keiser, Marie-France Skuncke, Irène Testot-Ferry et George Lafrance, malheureusement tous décédés.

Après la disparition de Wadi Keiser, le dernier des membres du GTH, en juillet 2008, Gisela Siebourg et Monique Ducroux ont repris le flambeau et se sont retrouvées devant une tâche beaucoup plus considérable que prévu... Depuis le printemps 2011, le Groupe a bénéficié de la collaboration d’Anne-Marie Widlund-Fantini et de Christopher Thiéry et s’est fixé pour objectif de présenter le fruit de ses travaux pour le 60e anniversaire de l’Association en novembre 2013.



Recommended citation format:
AIIC History Group. "Naissance d’une profession : Présentation et plan de l’ouvrage du livre". aiic.net October 30, 2013. Accessed September 23, 2017. <http://aiic.net/p/6628>.



Message board

Comments 2

The most recent comments are on top

Luigi LUCCARELLI

   

Hi Simone - You'll find that information in the very first article of the same issue of Communicate!/The AIIC Webzine: http://aiic.net/page/6621/naissance-d-une-profession/lang/2.

Appréciation générale :: 0 0 | 0

Simone TRENNER

   

Merci au Groupe et à feu ses prédécesseurs. Où peut-on se procurer cet ouvrage? Son prix? Pardon d'être si terre à terre.... Cordialement, Simone Trenner

Appréciation générale :: 0 0 | 0