AIIC member Edgar Weiser honored by German government

Cross of the Order of Merit conferred on Paris-based conference interpreter for outstanding service in high-level contacts between Germany and France.

© Ambassade d'Allemagne / F. Brunet

Edgar Weiser has served as interpreter for the heads of state and government of France and Germany since 1981. In recognition of his dedication, professional excellence, and contribution to relations between the two countries, Joachim Gauck, President of the Federal Republic of Germany, has conferred on him the Cross of the Order of Merit.

When presenting the award during a ceremony in Paris on 9 March 2015, German Ambassador to France Susanne Wasum-Rainer (above) noted that over the years Mr. Weiser helped assure understanding, in all senses of the word, between the leaders of France and Germany.

After graduating from ESIT, Edgar Weiser joined the EU as a staff interpreter from September 1977 through October 1980. He then embarked on a free-lance career from his base in Paris. Mr. Weiser has been a member of AIIC since 1979.

AIIC is very proud to see one of its own receive such a distinguished award. Congratulations Edgar!


Discours de S.E. Madame Susanne Wasum-Rainer, Ambassadeur d'Allemagne en France, à l'occasion de la remise de la Croix de Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République Fédérale d'Allemagne à notre collègue Monsieur Edgar Weiser.

Cher Monsieur Weiser,

Chers invités,

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureuse de vous accueillir à l'Hôtel de Beauharnais, cher Monsieur Weiser, ainsi que votre famille, vos amis et tous ceux qui vous accompagnent aujourd'hui. Soyez les bienvenus ! Ce n'est pas la première fois que vous êtes l'hôte de ces lieux. Je vous ai vu ici à de nombreuses reprises en compagnie de hautes personnalités politiques ; je pense notamment au ministre fédéral des Finances, Wolfgang Schäuble, ou au ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Votre présence à leurs côtés n'est pas étrangère à l'événement qui nous réunit aujourd'hui. Mais ce soir, c'est vous qui occupez le devant de la scène car c'est vous qui êtes notre invité d'honneur.

Au nom du président fédéral, Monsieur Joachim Gauck, j'aurai en effet le plaisir de vous remettre dans quelques instants, cher Monsieur Weiser, la croix de Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne en reconnaissance de votre admirable action au service de l'entente franco-allemande.

Pendant plusieurs décennies, vous avez œuvré en faveur de la « compréhension », dans le meilleur sens du terme, entre les responsables politiques français et allemands, souvent au plus haut niveau de nos deux États. Vous avez pour cela veillé à rendre compréhensibles leurs échanges puisque vous avez été l'interprète officiel d'innombrables rencontres au sommet.

Ainsi, pendant les trente dernières années, vous avez joui de la totale confiance de la chancelière fédérale, de deux de ses prédécesseurs, Gerhard Schröder et Helmut Kohl,

ainsi que de pas moins de quatre présidents français : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et, avant lui, François Mitterrand. Vous l'aurez tous compris : les chanceliers allemands et les présidents français vont et viennent ; Edgar Weiser, lui, reste indétrônable !

Votre carrière professionnelle a débuté à Bruxelles, au cœur de l'Europe, où vous avez travaillé pour les grandes institutions européennes. À compter de la fin des années 80, c'est aux relations franco-allemandes que vous avez voué une grande part de votre énergie.

Vous vous êtes installé à votre compte à Paris et depuis lors, vous êtes l'interprète de près de la totalité des réunions entre dirigeants politiques français et allemands organisées côté français.

Vous avez également exercé vos talents lors de nombreux autres rencontres politiques franco-allemandes.

Et vous continuez de le faire, avec un immense professionnalisme et une intime conviction : celle que le rapprochement franco-allemand est une nécessité de l'histoire. Tout comme nous, vous savez que cette entente, loin de servir uniquement les relations entre nos deux pays, est d'une importance fondamentale pour l'ensemble de l'Europe.

Pour vous, l'art exigeant de l'interprétation n'est pas qu'un simple métier.

Au-delà de votre passion pour les langues, vous concevez aussi votre activité comme votre contribution personnelle à l'essor de la coopération franco-allemande.

Cher Monsieur Weiser,

En tant qu'interprète, vous êtes bien placé pour le savoir : Les langues de nos deux pays ne sauraient être plus éloignées.

Nous avons d'un côté un héritage latin et de l'autre, des racines germaniques. Nos idiomes ont de ce fait des atouts bien différents : caractère synthétique et direct de l'allemand d'une part, nature analytique et élégance du français d'autre part.

Naturellement, nos modes de pensée sont aussi divergents que nos langues.

Nous le constatons presque quotidiennement dans notre façon d'aborder les problèmes européens, notamment les questions budgétaires dans la zone euro. Quand les Allemands parlent de politique d'assainissement budgétaire, les Français comprennent « politique de rigueur ».

Loin d'être purement linguistiques, ces dissemblances renvoient à deux mondes différents.

Cher Monsieur Weiser, vous savez admirablement nous rendre ces deux mondes et ces deux cultures mutuellement compréhensibles - au sens d'intelligibles mais aussi de concevables.

Avec vous, l'interprétation est beaucoup plus que la transposition d'un énoncé d'une langue à une autre. Vous êtes maître dans l'art de traduire un discours dans ses moindres nuances et d'en restituer toutes les colorations.

Ce faisant, vous avez le subtil talent de toujours laisser apparaître en filigrane l'esprit positif de la coopération franco-allemande.

Nous connaissons l'importance de la communication non verbale dans les rencontres entre dirigeants politiques.

Votre empathie, votre talent pour saisir la gestuelle et l'intonation, décrypter les pointes d'ironie et les restituer avec justesse sont autant de qualités qui font de vous le pivot du rapprochement entre nos dirigeants politiques.

Nos deux langues sont des joyaux culturels dont nous sommes fiers et que nous souhaitons préserver. La communication est la clé de notre compréhension mutuelle et une condition indispensable à la naissance de toute amitié. Cher Monsieur Weiser, vous jetez des ponts entre nos langues, et donc entre nos peuples et nos pays.

Sans ces ponts dont vous êtes l'un des incontournables maîtres d'œuvre, le processus de réconciliation après la Deuxième Guerre mondiale n'aurait pu voir le jour. De même, sans ces ponts, on ne peut imaginer d'avenir.

Au cours des trente dernières années, vous avez été un témoin privilégié de nombreux temps forts de la coopération franco-allemande : Tout d'abord, bien sûr, les conseils des ministres franco-allemands et diverses visites d'État des deux côtés du Rhin. Mais aussi la rencontre entre la chancelière Angela Merkel et François Hollande sur l'île de Rügen en 2014, et récemment encore, à Strasbourg. Vous avez également pris part à un grand nombre de rencontres multilatérales dans des missions à très haute responsabilité, par exemple le sommet du G20 à Cannes ou celui du G8 à Heiligendamm, pour ne citer qu'eux. J'ai assisté dans mes fonctions actuelles ici en France à un moment particulièrement intense de votre carrière :

C'est vous, cher Monsieur Weiser, qui avez été l'interprète de nos deux présidents, Messieurs Gauck et Hollande, lors de leur visite historique à Oradour-sur-Glane en 2013.

J'ai senti à chacune de vos prises de parole combien vous-même étiez ému. Vous avez permis à nos deux présidents une proximité qui, sans votre truchement, n'aurait pas été envisageable.

C'est en ma qualité de diplomate que je tiens à vous remercier, cher Monsieur Weiser, de l'inestimable travail que vous avez accompli au cours des trente dernières années. Nous défendons en effet la même cause et partageons la même grande mission : aider à comprendre l'autre et à s'en faire comprendre.

Au-delà de votre activité professionnelle, vous avez consacré une grande partie de votre vie à l'entente entre la France et l'Allemagne.

Vous défendez bien entendu activement la pratique des langues, notamment du français et de l'allemand.

Chargé de cours à l'École supérieure d'interprètes et de traducteurs, vous vous impliquez avec dévouement dans la formation des futurs professionnels de l'interprétation et leur faites profiter de votre longue et riche expérience.

Enfin, vous êtes une voix-off masculine familière de la chaîne télévisée franco-allemande ARTE, où vous vous livrez à l'exercice exigeant de l'interprétation simultanée lors d'émissions en direct.

Permettez-moi de citer l'une de vos collègues. Elle m'a confié récemment que vous n'étiez pas seulement un interprète hors pair mais aussi un collègue extrêmement sympathique, modeste et disponible, et que travailler avec vous était toujours aussi plaisant qu'enrichissant. Je ne puis qu'adhérer à ce portrait.

Les relations entre la France et l'Allemagne sont au cœur et à l'origine de ce formidable projet qu'est l'Europe. Nos deux pays constituent la force motrice qui le fait progresser. Néanmoins, les sources de malentendus entre eux sont légion. Toutes les fois où j'ai eu l'opportunité de vous voir travailler, je vous ai été si reconnaissante, Monsieur Weiser, de savoir trouver les mots justes, en français comme en allemand, pour éviter toute équivoque et de toujours réussir à toucher l'âme franco-allemande des interlocuteurs concernés.

Je voudrais ici saluer Monsieur Zimmermann, qui est en quelque sorte votre homologue allemand et avec lequel vous avez entretenu une excellente coopération pendant trois décennies.

Quand on parle du couple franco-allemand, on pense immédiatement au chancelier Kohl et au président Mitterrand, au chancelier Schröder et au président Chirac ou encore à « Merkozy ». Mais ce « label » pourrait tout aussi bien s'appliquer au tandem « Weiser – Zimmermann ». Quoi qu'il en soit, votre couple aura surpassé en longévité tous ceux précédemment cités ! Seule votre retraite bien méritée, Monsieur Zimmermann, aura mis fin à cette belle collaboration.

Cher Monsieur Weiser, vous avez œuvré en faveur des relations franco-allemandes avec un talent et une passion hors du commun. Je tiens à vous remercier infiniment de cet engagement au long cours pour l'approfondissement de l'entente franco-allemande. Vous avez ainsi rendu de précieux services à nos pays.

Au nom du président fédéral, Monsieur Joachim Gauck, j'ai à présent le plaisir et l'honneur de vous remettre la croix de Chevalier de l'Ordre du mérite de la République fédérale d'Allemagne.

Recevez mes plus vives et chaleureuses félicitations !


Edgar Weiser (left). Photo Credits: Ambassade d'Allemagne / F. Brunet


Recommended citation format:
AIIC. "AIIC member Edgar Weiser honored by German government". aiic.net March 19, 2015. Accessed December 13, 2017. <http://aiic.net/p/7148>.



Message board

Comments 3

The most recent comments are on top

Frédéric GIRARD

   

Félicitations à Edgar Weiser pour cette distinction qui rend hommage à l'homme et son travail et, par son truchement, à notre profession/vocation. Le discours de l'ambassadrice est éloquent et juste. Il dit bien ce que peut et devrait être le métier d'interprète. Rares sont les interprètes à connaître une telle reconnaissance, en revanche nous pouvons tous nous inspirer de l'exemple de notre collègue

Frederic Girard

Total likes: 0 0 | 0

Dominique BAZ-LINDAHL

   

Félicitations cher Edgar!

Amitiés,

dominique baz

Total likes: 1 1 | 0

Manuel SANT'IAGO RIBEIRO

   

Toutes mes très sincères félicitations, on ne peut être interprète de conférence et ne pas rêver de se voir adresser un jour de telles paroles, quelle fierté de les voir adresser à un collègue! :-)

Total likes: 2 2 | 0